Payer ses factures d’eau ou d’assainissement chez les buralistes, c’est pour bientôt !

Pendant longtemps le bureau de tabac permettait d’acheter… du tabac mais aussi des bonbons, de jouer en grattant ou cochant des cases de loto, de se fournir en timbres… De 1956 à 2000, on pouvait même y acquérir la fameuse vignette automobile… Il ne restait qu’un pas à faire pour étendre le principe à d’autres factures publiques !

Depuis fin juillet 2020, c’est fait et sur tout le territoire français après une phase de test qui s’est déroulée depuis le mois de février dans 19 départements dans un premier temps. 

Désormais les amendes de stationnement, les factures de crèche, de cantine, de l’hôpital, des impôts, quel que soit leur montant si vous réglez par carte bancaire et seulement jusqu’à 300 euros si vous réglez en espèces, peuvent être payées dans les bureaux de tabac “partenaires”…

Comment reconnaître un bureau de tabac “partenaire” ?

Il est facilement identifiable grâce au logo “Paiement de proximité”  apposé sur la vitrine.

Vous trouverez en cliquant sur le lien ci-dessous la liste des buralistes agréés pour recevoir vos paiements :

https://www.impots.gouv.fr/portail/paiement-de-proximite

Attention : seules les factures comportant un QR code et la mention “payable auprès d’un buraliste” peuvent être acquittées dans un bureau de tabac !

 Le paiement est réalisé en toute confidentialité à l’aide d’un terminal sécurisé.

 

Peut-on payer les factures émises par le SEA Nord Rive Droite du Cher ?

Concernant les factures émises par le Syndicat, elles ne sont pas encore payables dans un bureau de tabac mais nous ne manquerons pas de vous signaler cette opportunité dès que possible !       

En effet, de nouveaux paramétrages informatiques doivent être mis en place pour insérer le fameux QR CODE permettant l’identification des abonnés sans ambiguïté.

 

Retrouvez la vidéo de la Direction Générale des Finances Publiques sur le sujet en cliquant sur le lien ci-dessous :

 

 

 

 

 

Elections 2020 : renouvellement du conseil d’administration du SEA

Il faut vraiment un événement très important pour bouleverser les règles et les calendriers électoraux…Le COVID-19 figurera dans la liste de ces motifs très exceptionnels qui marquent l’histoire d’un pays.

C’est donc seulement mercredi 9 septembre 2020 à 18 h 00 qu’auront lieu, au siège du syndicat, l’élection du président, des vice présidents et des membres du bureau du nouveau comité en conséquence des élections municipales qui se sont achevées le 28 juin dernier.

La séance sera conduite par le doyen d’âge de l’assemblée. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés dans nos actualités de la semaine, courant septembre.

Pour plus d’informations, retrouvez notre article paru en mars dernier sur le même sujet 

Elections municipales, si elles sont maintenues en 2020, le SEA renouvellera son conseil d’administration.

En attendant, bonnes vacances à tous !

 

 

3ème et dernière phase du renouvellement des compteurs d’eau à Cérilly

En 2018 et 2019, la commune de Cérilly a commencé à remplacer les compteurs d’eau de l’ensemble des abonnés par des dispositifs permettant la radio-relève.

Depuis deux semaines, deux agents de notre service eau potable poursuivent la mission qui se terminera fin 2020. Cela représente encore environ 400 compteurs à changer.

En cas d’absence, un avis de passage est déposé dans la boîte aux lettres de l’abonné concerné qui est invité à nous contacter par téléphone (04 70 06 50 51) pour prendre un rendez-vous.

Quant aux abonnés qui possèdent des résidences secondaires et sont peu présents, un courrier explicatif leur sera  adressé au cours du second semestre, afin qu’ils prennent rendez-vous directement avec le responsable du service eau potable.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce nouveau type de compteurs, vous pouvez relire notre premier article sur le sujet : ici

Hérisson, Braize, Vitray et une partie de Saint Bonnet Tronçais sont déjà équipées. 

Nous remercions les abonnés de Cérilly pour le bon accueil réservé à nos agents.

 

Travailler en toute sécurité, ça ne s’improvise pas !

Chaque fois que les services techniques doivent procéder à des travaux, classifiés “dangereux” sur les installations du syndicat (réservoirs d’eau potable, stations d’épuration…) , en interne ou en faisant appel à des entreprises, l’Assistant de Prévention  du SEA est sollicité.

Il s’agit d’un de nos agents qui, entre autres missions professionnelles, est chargé de veiller à la sécurité et l’hygiène au travail (relire notre article édité en mai 2017 sur le sujet, ici !) 

L’Assistant de Prévention (AP) doit participer à la mise en place du Plan de Prévention des Risques (PPR) en collaboration avec les agents du SEA et/ou les entreprises extérieures.

Ainsi, lors de la réparation du trop plein du silo agitateur, à la Station d’Epuration de Cérilly, la semaine dernière, notre AP a listé, sous forme d’un rapport, visé par les parties concernées, tous les risques liés à cette opération. Trois risques étaient notamment répertoriés : le risque électrique, le risque “travaux en hauteur” et le risque d’exposition à des agents biologiques pathogènes (présents dans les eaux usées). L’A.P a repéré les dangers potentiels, trouvé des solutions pour les éviter et a pu prévenir l’entreprise des protocoles à suivre.

Exemple : indiquer la prise de courant disposant d’un disjoncteur différentiel à utiliser pour l’outillage électroportatif, signaler l’endroit où se trouvent les douches en cas de projection d’eaux usées à risque pathogène, préconiser l’utilisation d’une nacelle, d’un baudrier et de cordage pour la mise en sécurité de l’intervenant…

Les travaux ont pu se dérouler en toute sécurité grâce à cette mission indispensable et obligatoire assurée par le service “prévention hygiène et sécurité” du Syndicat.

💡 Info plus !

Depuis 2003, l’Organisation Internationale du Travail (O.I.T), située en Suisse, agence de l’Organisation des Nations Unies (O.N.U) célèbre chaque année, le 28 avril, la journée mondiale de la sécurité et la santé au travail ou Safe Day.

 

C’est le temps de l’été et des vacances mais le SEA reste ouvert au public … !

Le temps des vacances, des cigales, des étoiles filantes, des barbecues, du jardin…

A cette époque de l’année, c’est toujours pareil : des volets se ferment pour quelques jours ou semaines…des volets s’ouvrent après des mois d’absence… et il y a ceux qui restent…

Le SEA Nord Rive Droite du Cher restera ouvert comme chaque été  pour tous, pour ceux qui sont là à l’année et ceux qu’on ne voit qu’en été !

En juillet et en août,  nous vous recevrons à notre accueil et répondrons à tous vos appels, aux horaires habituels :

De 9h00 à 11h30 et de 13h30 à 16h30 au : 04 70 06 50 51 !

Pour les cas d’urgence uniquement, et en dehors de ces horaires, notre répondeur vous donnera toutes les indications pour joindre l’équipe technique d’astreinte…

En cas de restriction des usages de l’eau, une alerte avec les informations nécessaires sera relayée sur notre site internet !

Petit rappel aux abonnés de résidences secondaires : n’oubliez pas de relever votre compteur en quittant les lieux, si vous êtes sûrs de ne plus revenir avant la fin de l’année, et de nous envoyer, impérativement avant le 31 décembre 2020, l’index relevé par courrier ou par mail.

Nous vous souhaitons à tous de très bonnes vacances… et restez connectés sur seavallon.fr pour suivre l’actualité de l’été !

 

Peut-on payer ses factures en plusieurs fois ?

Deux fois par an, vous recevez des factures concernant vos consommations, vos abonnements et redevances à nos services. Certains abonnés, qui viabilisent un terrain, font modifier leur branchement d’eau potable ou d’assainissement collectif par les agents du SEA et reçoivent des avis de sommes à payer…

En cas de difficultés de paiement des factures, certains nous demandent s’il est possible de régler en plusieurs fois.

Oui, c’est possible mais il faut obtenir l’accord préalable de notre comptable : la trésorerie de Montluçon. Rappelons qu’en tant que service public toutes les dépenses et recettes du syndicat transitent obligatoirement par la trésorerie, service de l’Etat, chargé du contrôle et de la comptabilité des collectivités territoriales.

Mode d’emploi :

  • joindre par téléphone, de préférence, la trésorerie, grâce au numéro du standard : 04 70 02 09 80. 
  • Expliquer le motif de votre appel : obtenir un échéancier pour régler des factures du Syndicat Eau et Assainissement de Nord Rive Droite du Cher.
  • Les services de la trésorerie vous adresseront un formulaire à remplir et à leur retourner avec des justificatifs. Tout sera indiqué.
  • Il vous sera répondu avec les dates et les montants à payer pour liquider votre dette.

A noter :

Jusqu’au 31 août 2020, en raison du COVID-19, les horaires d’ouverture de la Trésorerie de Montluçon Municipale ont changé. L’accueil physique se fait uniquement le matin, du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00.

 

L’accueil téléphonique de la Trésorerie n’a pas changé :

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 16h00

sauf mardi et jeudi après-midi

 

La Trésorerie recevant énormément d’appels chaque jour, si vous rencontrez des difficultés à rentrer en contact avec elle, n’hésitez pas à lui écrire :

courriel :  t003030@dgfip.finances.gouv.fr

 

 

 

Equipement “chloration” à la Grand Borne et à la Folte

Courant mai-juin 2020, le service technique Eau Potable a pu réaliser, avec le concours d’une entreprise, le projet budgété  au BP 2020 par les élus du SEA : améliorer le poste de chloration vétuste à la station de pompage de la Grande Borne et créer un système de chloration au réservoir de la Folte.

 

Ces travaux, actuellement en voie d’achèvement, permettront une diffusion plus homogène du chlore dans le réseau d’eau potable en général. De plus, grâce à la télégestion (outil de supervision qui renvoie des informations sur un ordinateur consultable à distance)  dont les deux sites seront équipés, il sera possible de déceler rapidement le moindre dysfonctionnement et donc d’intervenir très vite.

les deux bouteilles de chlore de 14 kg

L’analyseur

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour faciliter la manutention, au lieu d’avoir une seule bouteille de chlore de 90 kg, à la Grande Borne, deux bouteilles de 14 kg prendront place : l’une relayera l’autre… aucun risque de panne !

De plus, un analyseur a été installé (indique en temps réel le taux de chlore présent au départ de la station).

Du point de vue sanitaire, c’est donc une garantie supplémentaire car le chlore a une action de désinfection contre les bactéries et virus qui prolifèrent rapidement en période de temps chauds. C’est pourquoi ces travaux étaient programmés en urgence avant l’arrivée de l’été.

A noter : la création du “poste de chloration” à la Folte, pour la partie technique, a entièrement été effectuée par nos agents. La partie télégestion a été confiée à une entreprise qui, pour le site de la Grand Borne, s’est chargée de l’ensemble des travaux, télégestion comprise.

Le coût de l’ensemble des prestations sur les deux sites avoisine les 40 00 €.

Pour relire notre article sur la chloration, merci de cliquer ci-dessous !

Optimiser la qualité sanitaire de l’eau par la chloration…

Principe de précaution COVID-19 : l’épandage des boues des stations d’épuration est interdit.

Depuis la crise sanitaire liée au COVID-19, certaines missions ne peuvent plus s’exercer comme avant. De nouveaux protocoles doivent être mis en place ce qui induit, en plus et inévitablement, des coûts supplémentaires.

Des particules du CORONAVIRUS ont pu être détectées dans les selles de certains patients, en France et, à ce jour, même si on ne dispose d’aucune preuve de la survie du virus dans les eaux usées, il a été prouvé que d’autres virus de la même famille pouvaient rester infectieux pendant plusieurs jours. 

Les eaux usées subissent des traitements en station d’épuration mais en absence de données scientifiques valides, il n’est pas possible à l’heure actuelle d’assurer que les boues provenant de ces traitements ne contiennent aucune particule de virus. Une étude en cours de réalisation permettra d’en savoir plus mais en attendant, le principe de précaution s’impose.

En France, 70% des boues issues des stations d’épuration sont épandues sur les terres agricoles, dans le but d’apporter aux sols de la matière organique et des éléments fertilisants (azote et phosphore).

Mais afin d’éviter toute hypothétique contamination, cette technique n’est plus autorisée,  depuis la pandémie, si les boues n’ont pas été “hygiénisées” préalablement.

Il y a différentes méthodes d’hygiénisation et les plus passionnés par le sujet trouveront réponse sur internet. On peut citer la méthanisation, le chaulage (chaux)…

Le service qualité du SEA a entamé une réflexion sur le sujet afin de trouver très prochainement la filière la plus adaptée pour évacuer les boues des STEP à la place du traditionnel épandage agricole, plus écologique et moins onéreux. Il a été décidé d’évacuer environ 500 m3 de boues cet été vers la station de la Communauté d’Agglomération de Montluçon qui pourra les hygiéniser avant épandage. Il est clair que cette préconisation  aura un coup supérieur au budget habituel prévu. Il inclut un tarif au mètre cube et les frais de transport en camion citerne. L’Agence de l’Eau Loire-Bretagne devrait se prononcer début juillet pour préciser les éventuelles subventions attribuables sur le sujet.

Retrouvez notre ancien article sur l’épandage des boues agricole en cliquant ci-dessous

Assainissement collectif : l’épandage des boues

 

 

Opération nettoyage de printemps ! une mission annuelle du service technique Eau Potable…

Nettoyage bâche de reprise Station de Prévallon

Comme chaque année, au printemps, les agents du service technique Eau Potable procèdent au nettoyage annuel des  cuves des réservoirs des  sites du syndicat jusqu’alors au nombre de 8. Avec l’arrivée de Cérilly, ils sont maintenant au nombre de 11 : le Château d’eau du Plaix à Meaulne-Vitray, le réservoir de le Vilhain (Le point du jour), les réservoirs de Hérisson (Bel Air, Maison Rouge et les Jacquelots), la station de pompage de Prévallon (2 fois par an) et les réservoirs de Bellevue et du Cluzeau à Vallon en Sully, et les réservoirs de Cérilly (La Grande Borne, la Folte et les Petits Clous). Le nettoyage de la bâche de régulation du Rond Gardien et de la bâche de reprise de Viljot, à Cérilly seront nettoyées ultérieurement car il s’agit d’eaux brutes, ce qui fait appel à d’autres techniques à mettre en place préalablement.

Cette mission d’entretien répond à une obligation réglementaire préfectorale qui permet ainsi de distribuer à nos abonnés une eau de qualité conforme aux normes d’hygiène sanitaire.

Comment se déroule cette opération ?

Tout d’abord il s’agit de vider la ou les cuves du réservoir au maximum, en écoulant l’eau sur le réseau pour éviter tout gaspillage. Dans le même temps, la vanne d’arrivée d’eau  qui permet de remplir en permanence le réservoir est fermée.

Dès que la cuve est vide, nos agents dûment équipés et protégés descendent à l’intérieur grâce aux échelles sécurisées fixées à la paroi et lavent les murs et le sol de la cuve avec des produits spécialisés et adaptés à l’aide d’un nettoyeur haute pression. Une cuve peut être profonde de 4 à 6 mètres ! S’ensuivent des opérations de rinçage, de désinfection pour finir par un rinçage final avant la remise en service du réservoir par son remplissage. 

A l’heure où nous publions, la mission annuelle  se poursuit puisqu’il reste les trois réservoirs de Hérisson à nettoyer, le Cluzeau et Bellevue à Vallon en Sully.

Quelques photos de nos réservoirs :

La Folte à Cérilly

La Bellevue à Vallon en Sully

Le Point du Jour à le Vilhain

Château d’eau Le Plaix à Meaulne Vitray

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, nettoyage du réservoir de Bellevue, le 1er juillet 2020 :

Echelle à crinoline pour descendre de façon sécurisée dans la cuve

Nettoyage haute pression dans la cuve de Bellevue par un agent du syndicat

 

La transhumance des moutons du Cameroun au service du Syndicat !

Depuis novembre 2017, le SEA est fier de compter parmi ses effectifs  six moutons du Cameroun, agents très spécialisés dans le désherbage naturel  des nombreux espaces verts du syndicat ! On appelle cela aussi “L’éco-pâturage”, qui permet d’éviter l’utilisation d’engins bruyants et polluants !

Relire notre article du 7 novembre ici !

Ces moutons du Cameroun, pour information, n’arrivent pas d’Afrique même s’il s’agit bien à l’origine d’une race africaine. Ils sont souvent choisis pour l’entretien des espaces verts car ils sont peu exigeants, robustes et faciles à entretenir.

Au rythme des saisons, ils sont déplacés de site en site par les agents du SEA, afin de dévorer une nouvelle belle herbe, tendre et fraîche !

On pourrait presque parler de transhumance s’ils effectuaient ces déplacements à pattes, sous la houlette d’un berger !

 

Du château d’eau des Guèzes, les voilà depuis début juin, à la station de pompage de Bellevue et à la lagune de Le Vilhain !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques photos souvenir des années précédentes :